Ce jeudi 24 octobre 2019, le recteur de la Basilique de St Barthélemy qui trône en - l'île sur le Tibre à Rome, Don Angelo Romano, a accueilli la fondation Aide à l’Église en détresse qui a organisé une conférence de presse au sein de la Basilique autour du thème "Terres de persécution antichrétienne". 

 

Son éminence Card. Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les églises d’orient, a introduit la séance en précisant que les temps modernes nous donnent de nouveau le sens du témoignage par le martyre que tant de chrétiens dans notre monde d’aujourd’hui subissent.

En plus des interventions des membres de Aide à l’Église en détresse Italie, il y a eu deux témoignages. 

Le premier témoignage a été celui du Père K.A. Jude Raj Fernando, recteur du sanctuaire St Antoine de Colombo au Sri Lanka. Plein d'émotions, il a témoigné de cette attaque ignoble advenue au sanctuaire le jour de Pâques 2019. Attaque dans laquelle hommes et femmes et enfants ont perdu la vie; de laquelle des mamans blessées ont donné naissance à des bébés nés avec des séquelles. Il a reconnu le soutien à eux exprimé par le pape François et toutes les personnes sensibles. Et tout en les remerciant, il les a invités à toujours continuer de prier pour les chrétiens du Sri Lanka. "Grâce au pardon, nous pourrons vaincre le mal" a-t-il conclu.

Le deuxième témoignage a été donné par le Père Roger KOLOGO, prêtre burkinabè étudiant à Rome et représentant Mgr Laurent DABIRE, Évêque de Dori au Burkina Faso. Celui-ci a parlé de l’insécurité que connaît le Burkina Faso depuis 2015 avec des attaques terroristes contre plusieurs couches sociales. Il a noté que les chrétiens sont devenus la cible principale de ces attaques, surtout à partir de 2019. En moins d’un an, deux prêtres ont été tués; plus de soixante chrétiens ont été exécutés, un prêtre pris en otage et des milliers de chrétiens déplacés. Comme le Père Jude, le Père Roger a salué le soutien du Saint Père aux fidèles du Burkina Faso et remercié ceux qui, à travers Aide à l’Eglise en Détresse, soutiennent le Burkina Faso dans cette triste situation de persécution.

Il est toujours possible d’offrir un langage d’amour, même quand le martyre gît à nos portes. Seulement là que la paix a plus de valeur et l’emportera sur la guerre, parce que tous ceux qui confessent le nom de Dieu savent très bien qu’Il est Bon.

Augustin BASSOLE

Retour à l'accueil