Après le Regina Cœli de ce jour 10 mai 2020, le Pape François a mentionné l’anniversaire de l’appel du Pape Jean-Paul II pour le Sahel lors de son premier voyage apostolique au Burkina Faso. 
Cela fait effectivement quarante(40) ans, jour pour jour aujourd’hui, que sa Sainteté le Pape Jean-Paul II, lors de ce voyage apostolique au Burkina Faso, lançait un grand cri du profond de son Cœur pour l’aide aux pays du Sahel. Dans son Homélie prononcée à cette occasion le 10 mai 1980, il a montré par ses paroles qu’il savait regarder à l’Essentiel : sans eau, pas de vie ; sans eau, pas de développement profond de ces peuples du désert. Ce n’est donc pas étonnant de voir arriver quelques années plus tard Thomas Isidore Noël SANKARA au pouvoir et imposer comme slogan : « 8000 villages, 8000 barrages ; 8000 villages, 8000 forêts ». Jean-paul II, donc, pour montrer combien cette question touche son cœur lancera solennellement cet appel :
« C’est pourquoi, de ce lieu, de cette capitale de la Haute-Volta, je lance un appel solennel au monde entier. Moi, Jean Paul II, Evêque de Rome et Successeur de Pierre, j’élève ma voix suppliante, parce que; je ne peux pas me taire quand mes frères et sœurs sont menacés. Je me fais ici la voix de ceux qui n’ont pas de voix, la voix des innocents, qui sont morts parce que l’eau et le pain leur manquaient; la voix des pères et des mères qui ont vu leurs enfants mourir sans comprendre, ou qui verront toujours dans leurs enfants les séquelles de la faim qu’ils ont endurée; la voix des générations à venir, qui ne doivent plus vivre avec cette menace terrible pesant sur leur vie. Je lance un appel à tous! N’attendons pas que la sécheresse revienne, effroyable et dévastatrice! N’attendons pas que de nouveau le sable porte la mort! Ne permettons pas que l’avenir de ces peuples reste à jamais menacé! La solidarité d’hier a démontré, par son extension et son efficacité, qu’il est possible de n’écouter que la voix de la justice et de la charité, et non pas celle de l’égoïsme, individuel et collectif. Ecoutez mon appel! Vous, les Organisations internationales, je vous prie de continuer le travail remarquable déjà fait; et d’accélérer la mise en œuvre persévérante des programmes d’action déjà élaborés. Vous, les Responsables des Etats, je vous prie d’apporter une aide généreuse aux pays du Sahel, afin qu’un nouvel effort, important et soutenu, puisse porter remède encore plus efficacement au drame de la sécheresse. Vous les Organismes non-gouvernementaux, je vous prie de redoubler vos efforts: sachez susciter un courant de générosité personnelle, des hommes, des femmes, des enfants, afin que tous sachent que le fruit de leurs privations sert vraiment à assurer la vie et les chances d’avenir de leurs frères et sœurs. Je vous prie, hommes de science et techniciens, Instituts de recherche, d’orienter vos travaux vers la recherche de nouveaux moyens de lutte contre la désertification; la science ne progresserait-elle pas tout autant si elle était mise au service de la vie de l’homme? Elle peut et elle doit avoir d’autres buts que la recherche de nouveaux moyens de mort, créateurs de nouveaux déserts, ou même la satisfaction de besoins artificiels créés par la publicité. C'est pourquoi je vous en prie vous aussi, vous qui travaillez dans les moyens de communication sociale, journalistes de la presse, de la radio et de la télévision: parlez de ce problème selon sa vraie dimension, celle de la personne humaine amoindrie et mutilée. Sans rechercher d’effets inutiles, sachez montrer les solutions possibles, ce qui a été fait et ce qui reste à faire. N’est-ce pas une belle tâche que celle qui vous permet d’être les éveilleurs des générosités et des bonnes volontés? Tous, je vous en prie, écoutez cet appel, écoutez ces voix du Sahel et de tous les pays victimes de la sécheresse, sans aucune exception. Et à vous tous, je dis: « Dieu vous le rendra »! »
Il termine son propos en interpellant davantage les chrétiens frères de par le monde entier et de conditions meilleures à rendre leur charité effective en faisant en sorte qu’en entendant son appel, des actions soient accomplies pour arrêter l’avancée du désert. Cet appel a porté beaucoup de fruits avec la création de la Fondation Jean-Paul II pour le Sahel dont le siège est à Ouagadougou au Burkina Faso qui œuvre pour relever les défis énoncés par sa Sainteté dans son Homélie. On pourra noter également les actions gouvernementales et internationales qui ont vu le jour à la suite de cet appel, spécialement la création de la Grande Muraille Verte de l’Afrique initiée autour de l’an 2000 et officiellement commencée en 2007. Le Pape François a apprécié fortement cette initiative qui rentre dans sa vision développée dans l’Exhortation Apostolique « Laudato Si», tout en encourageant la poursuite de sa mise en œuvre.
En cette journée anniversaire de cet appel historique du Saint Père Jean-Paul II de vénérée mémoire, on ne saurait oublier la triste situation sécuritaire dans cette partie du monde qui empêche quelque peu l’avancée des initiatives ébauchées et ralentit considérablement le développement des populations du Sahel. 
Puisse ce rappel mémorable insuffler une Nouvelle dynamique dans la lutte contre la sécheresse et l’avancée du désert au profit des populations du Sahel.

Retour à l'accueil