Un Parcours spécial

Né le 11 juillet 1933 à Réo, paroisse-mère du diocèse de Koudougou au Burkina Faso, papa abbé Nicolas Cerhena jé Bafo BADO a eu la chance d'être parmi les premiers enfants de son village à aller à l'école en 1941. Il fréquentera successivement dans les petits séminaires de Pabré, Nasso et Paris de 1945 à 1955. Papa abbé Nicolas BADO sera ordonné le 09 septembre 1962 après sa formation philosophique et théologique au grand Séminaire de Koumi. Il fera une spécialisation en Sciences Sociales à l'Institut Catholique de Paris, à l'issue de laquelle il commence un long périple de formateur pendant 17 ans dans les grands Séminaires du Burkina Faso et à l'Institut Catholique de l'Afrique de l'Ouest à Abidjan. Il Convient de noter qu'il fut le premier Recteur du Grand Séminaire Saint Jean-Baptiste de Wayalgê de Ouagadougou.

En 1965, papa abbé Nicolas BADO rejoint la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice dont il reste membre jusqu'à son dernier souffle.

En 1990, papa abbé Nicolas va rejoindre le diocèse de Koudougou. Il est nommé curé de Didyr. Il y reste juste quatre(04) ans. En1994, il eut une géniale idée de proposer la mise en place d'une Ecole Normale des Catéchistes pour les Lyèla. Mais cette idée ne rencontre pas l'assentiment des responsables ecclésiastiques du diocèse qui décident de lui retirer toute charge pastorale. Il rejoint avec fierté donc la maison familiale à Réo, où, vivant dans la maison de son père tout le reste de sa vie, a été Père non seulement pour des milliers de chrétiens mais aussi brave Papa pour ses nombreux neveux. Il nous a quittés le 03 juillet 2020 à l'âge de 87 ans en la fête de Saint Thomas l'Apôtre. Il est auteur d'un livre paru aux "Editions Vivre Ensemble" en 2017 et intitulé : Les Saints Fondateurs de l'église du Lyolo; un deuxième livre déjà rédigé paraîtra prochainement avec le titre Jo, ville nouvelle.

Un Homme socialement exceptionnel

Il fonde deux collèges dans les environs de Réo. Notamment le Lycée Ste Thérèse de l'Enfant Jésus de Zoula et le Collège Ste Cécile de Réo. Joignant toujours la théorie à la pratique, il a fondé le Centre de Formation des Jeunes filles de Zoula (aujourd'hui éteint), le Centre Ste Cécile qui s'est transformé en Collège et où l'enseignement général n'empêche pas de donner une formation pratique en ménage et en agro-pastorale aux jeunes qui y sont formés. Il fonde dans les anciens locaux du Centre d'Apprentissage de Réo (CAR) le Centre d'Education Manuelle et Technique de Réo (C.E.M.T.R.) pour la formation des jeunes aux métiers tout en leur donnant un enseignement général. Il retrocède ce centre par la suite à la Paroisse de Réo qui le transforme en Collège St Anthyme de Réo.

Un Pasteur inédit

Papa abbé Nicolas depuis 1994 n'a jamais cessé de mener sa Pastorale en tant que Prêtre dévoué à la cause des fidèles qui sont comme des "brebis sans pasteur". Il construit l'Eglise Sainte Marie de Banankyo où une belle communauté de fidèles se joignait à lui les dimanches et les jours des solennités pour magnifier le Seigneur. Nul ne saura compter le nombre de ses fils et filles spirituels ramenés vers Dieu par ses tendres soins de Pasteur attentif et dévoué.

Papa l'abbé Nicolas a fondé également la première chapelle au Centre Médical de Réo il y a à peine trois ans. Une oeuvre qui rappelle à la population que les médecins soignent le corps, mais c'est Dieu qui leur donne l'Intelligence et qui soigne lui-même les âmes. Il n'y a pas de visions plus pastorales que celles-là.

Un homme qui enseigne une seule chose : L'amour et la vérité vont ensemble.

Papa abbé Nicolas n'a pas toujours été compris de certains; comme Jésus d'ailleurs qui en a payé de sa vie pour nous. Pour lui, Amour et Vérité se rencontrent (Ps84, 10) toujours. Car si Jésus nous apporte l'ultime grâce qui est l'Amour, cette grâce et la vérité (Jn1, 17) sont indissociables. L'Amour vrai sera toujours celui des vrais prophètes haïs pour la vérité qu'ils proclament; il sera celui de Jésus enseignant au risque de sa vie. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie (Jn15, 13). Papa abbé Nicolas aura donné sa vie. Dieu en mesurera le poids et de ses souffrances en fera une grâce non seulement pour son propre salut mais surtout pour tous ceux qui sont brimés et en même temps sont réduits au silence.

Demain 11 juillet 2020, jour anniversaire de sa naissance, il sera inhumé dans son village natal Réo. Sur sa tombe, des milliers de chrétiens ont déjà annoncé initier un pèlerinage. Pour sûr, des grâces, il en obtiendra pour son peuple qu'il a aimé et servi sans mesure, s'oubliant lui-même et offrant son sacrifice jusqu'au bout.

Que Dieu lui donne la grâce de voir sa Splendeur.

Abbé Augustin BASSOLE, fils spirituel de abbé Nicolas BADO,

Etudiant à Rome

Retour à l'accueil