Dans l’air brumeux, sifflotant tout joyeux
Traverse ma pensée un souvenir heureux.
Oui dans mes yeux clos mais ouverts
Scintille ton visage mirifique en verres

Oh, le seul souvenir pour bercer un cœur

Suffit ; c’est le moment où se perd l’heure
Tout cramponné à penser à un être si cher
Que possible au passer d’un chariot on n’entende le fer

Que diable, fort et aveugle l’Amour

Aliénant le cristallisé ad libitum chaque jour
Mais pour toi, moins cristallisé et juste passionné, je suis
Et ton doux visage dans mon cœur a une place fleurie.

Retour à l'accueil