Le cœur ? Joie, Amour-charité y doivent régner
Mais pourquoi tas d’immondices laisser l’assiéger ?
Le cœur, parfaite image du moi au for intérieur
Qui alors nous dit-il vraiment supérieur ou inférieur

L’habit ne fait le moine, convenons-en tous certes

Mais du cœur le visage rayonne miroir en alerte ;
Superbement, à l’extérieur dans notre vie, et majestueux
Nous exprime et montre à tous au minutieux.

Si pour le jeune il n’y a que sous-estimation

Humilité doit manquer au grand cœur de prétention ;
Si toujours la volonté s’exprime à vouloir la différence
Orgueil et vantardise y brillent : manque de tolérance

Le cœur intellectuel ou spirituel, fougueux et terrifiant
Aucun bien n’accomplit mais signe un désastre ennuyant.
Comme dur sera-t-il d’être à l’école d’un tel sage
Qui bassement endommage le commun heureux présage

Dommage qu’un si pauvre cœur ne se reconnaît

Ou toujours inconsciemment se méconnaît.
Comme bon il serait que ce cœur soit d’autrui
Mais non ! Que moi qui lis cela me le fixe aujourd’hui.

La charité dans nos cœurs pour le bonheur !

Retour à l'accueil