2. Etude de quelques sectes

Dans cette partie de notre exposé, nous nous intéresserons à quelques sectes existant dans notre pays.

 

2.1. Les adventistes du 7ème jour

Les adventistes du 7ème jour font partie des églises millénaristes, c’est-à-dire des groupes religieux dont la doctrine est centrée sur l’attente du retour du Christ à la fin des temps ( adventus en latin signifie ‘arrivée’). Le groupe a été fondé par un fermier américain du nom de William Miller (1782-1849) à partir d’un calcul de la fin de monde sur la base du livre de Daniel. En effet, en Daniel 8, 14, nous lisons : “ Encore deux mille trois cents soirs et matins, alors, le sanctuaire sera revendiqué ”. Miller se fonde sur ce verset pour faire le calcul suivant : “ puisqu’un an est comme un jour pour Dieu, 2 300 soirs et matins égalent 2 300 ans ; or, cette vision de Daniel se situerait en 457 avant Jésus Christ ; donc elle (la fin du monde) se réaliserait en : -457+2 300=1 843 ”[1] . Miller qui était baptiste prédit la fin du monde entre le 21 mars 1843 et le 21 mars 1844. Comme cela ne s’est pas réalisé, les compagnons de Miller, notamment Ellen Gould WHITE (1827-1915) verront en cette date le début de l’église adventiste.

      Les adventistes croient en la Sainte Trinité, en la chute originelle de l’homme, au plan de rédemption de Dieu ainsi qu’à la naissance virginale de Jésus. Pour eux, seuls les adultes, après une expérience de conversion peuvent recevoir le baptême en faisant une profession de foi. Les adventistes ont une interprétation littérale de la Bible. C’est pourquoi ils observent le Sabbat (samedi) comme jour de repos et non le dimanche (Gn 2, 2-3) et la dîme. Les adventistes interdisent l’usage de la viande, de l’alcool et du tabac. Ils préconisent une nourriture végétarienne, l’aération régulière des maisons…

 

2. 2. Les Témoins de Jéhovah

Le fondateur des Témoins de Jéhovah, l’Américain Charles Taze RUSSEL (1852-1916) fut d’abord adventiste. On comprend alors que le mouvement qu’il fonde s’intéresse aussi au retour du Christ et donne une grande importance au livre de Daniel et à l’Apocalypse. Selon lui, le Christ doit revenir au début du septième millénaire, donc six mille (6 000) ans après la création d’Adam (les six jours de la création multipliés par mille ans de paix). Pour Russell, Adam aurait été créé en 4 086 av. J.C., d’après un calendrier juif, d’où ce calcul : 6000-4086=1914. La fin de monde fut prédite pour 1914. Comme cette date n’a pas marché, plusieurs autres furent reprogrammées : 1925 ; 1930 ; 1975 ; 2000 sans succès également. Le mouvement sera réorganisé par le successeur de Russell, J.-F. RUTHERFORD (1869-1942) qui change le nom ‘Tour de garde’ en ‘Témoins de Jéhovah’ en 1931.

La doctrine des Témoins de Jéhovah provient d’une interprétation littérale et fondamentaliste de la Bible. Ils nient la Sainte Trinité qu’ils considèrent comme une invention du Diable, vu que le terme ‘Trinité’ est absente de la Bible. Pour eux, Jésus n’est pas Dieu, mais la plus parfaite des créatures de Dieu. L’Esprit Saint n’est pas un être personnel. L’âme n’est ni spirituelle, ni immortelle. Les Témoins de Jéhovah prévoient trois destinées pour les hommes. D’abord, les 144 000 oints de l’Apocalypse (7, 4 ; 14, 1). Ensuite, les Jonadabs, c’est-à-dire les autres sauvés qui règneront mille ans avec le Christ sur la terre et qui ressusciteront et vivront éternellement sur une terre paradisiaque. Enfin, les méchants qui seront détruits, car il n’y a pas d’enfer. Précisons que les Témoins de Jéhovah ne consomment pas le sang et refusent toute transfusion sanguine car le sang est précieux (Gn 4, 10 ; Ex 20, 13). Les témoins de Jéhovah ont une Bible falsifiée ; il s’agit de la Traduction du Monde Nouveau. Ils rejettent farouchement les enseignements de l’Eglise catholique qu’ils considèrent une institution de Satan. En 1986, les sympathisants du mouvement étaient estimés à environs 8 millions dans le monde [2] .

2.3. L’Eglise de la l’unification des chrétiens (Monistes)

L’Eglise de l’Unification encore appelée Association pour l’Unification du Christianisme mondial (A.U.C.M.) a été fondée par Sun Myung Moon, né en Corée en 1920. A seize ans, il prétend avoir reçu une apparition de Jésus au matin de Pâques qui lui demande de continuer sa mission inachevée.

Sa doctrine est un syncrétisme alliant des éléments de christianisme et de philosophie asiatique à un rigoureux anticommunisme. Selon le révérend Moon, les malheurs du monde ont commencé par le péché originel qui a consisté en un acte sexuel illégitime entre Eve et Satan. Cette imperfection que Eve a reçue du Satan, fut transmise à Adam par un acte sexuel prématuré. Après cette chute, Dieu a entrepris de sauver l’humanité. Plusieurs tentatives ont échoué avec Moïse, les prophètes dont Jean-Baptiste, et même Jésus. N’étant pas Dieu, la mort de celui-ci a été un échec ; il n’a pas pu fonder la nouvelle famille parfaite. Le Messie qui restaure l’humanité est Moon qui, par son cinquième mariage avec la nouvelle Eve en 1960, a créé la famille parfaite. Dans son Eglise, de nouveaux couples parfaits se forment sous sa conduite. Les fidèles se consacrent totalement à l’Eglise par leur travail et leur témoignage.

 

2.4. La Rose-Croix (AMORC)

Signalons d’emblée que des racines de la Rose-croix dont l’Ancien et Mystique Ordre n’est qu’une des formes, existaient depuis l’antiquité. L’AMORC qui est la branche la plus connue et la plus développée a été rénovée par Harvey Spencer LEWIS en 1909. Le mouvement se réclame comme “ une fraternité philosophique non religieuse, formée d’hommes et de femmes intéressés par la philosophie et la science et désireux d’améliorer leur vie, grâce à l’acquisition d’une connaissance et d’une compréhension plus grande ”[3] . La Rose-Croix procède à l’initiation de ses membres à travers des étapes déterminées comme la candidature, la probation, le noviciat et la postulance avant d’accéder au temple intérieur de neuf degrés préparant au cercle des illuminés.

La Rose-croix a une doctrine syncrétiste composée d’un mélange d’enseignements scientifiques et pseudo scientifiques, de doctrines orientales et occidentales, de rites égyptiens, de mantras hindous, etc. Les Rosicruciens sont panthéistes et ne croient pas au Dieu personnel. Leur profession commence par Je sais. “ Je sais qu’il n’y a qu’un seul Dieu vivant, véritable et infini, créateur et protecteur de toutes les choses visibles et invisibles, dont l’essence se propage dans tout l’univers et dont l’esprit et la conscience constituent l’âme de l’homme ”[4] . L’âme de l’homme est de la même substance que Dieu. Les Rosicruciens n’ont pas la notion du péché, mais celle de l’ignorance. Pour eux, Jésus est un aryen et non un juif. Il est un grand initié rosicrucien et une incarnation d’un grand maître du passé. Il aurait été initié en Inde, au Tibet, en Grèce et en Egypte. Il n’est pas mort en croix ; il a été détaché et soigné par ses amis rosicruciens qui étaient les esséniens.

 

2.5. Les Raëliens

Le mouvement raëlien a vu le jour par Claude Vorilhon né en 1946 et qui aurait rencontré l’occupant d’une soucoupe volante dans le cratère d’un volcan éteint près de Clermont-Ferrand en 1973. Le 7 octobre 1675, il serait emmené sur la planète des extra-terrestres et aurait reçu d’eux le nom de Raël qui signifie ‘messager’ en hébreux. A cette occasion, il aurait reçu également des révélations qui lui ont permis de formuler la doctrine du mouvement.

Les Raëliens utilisent la Bible et ne lui donnent que des interprétations qui se veulent scientifiques. Pour eux, les hommes ont été créés non par Dieu, mais par les extra-terrestres qu’ils nomment elohim qui est un pluriel. Ces derniers sont des maîtrisards de la génétique. Pour Raël, le Dieu de Jésus n’existe pas. Lui-même n’est que le fils d’un extra-terrestre et d’une terrienne. Les elohim ont envoyé plusieurs prophètes dont Jésus, Bouddha et Mohamed. Raël est le dernier des prophètes à être conçu par les elohim. Signalons que les élohim ont révélé une technique de méditation dite sensuelle à Raël qui consiste à l’oxygénation des cellules pour bénéficier d’un bien-être et prendre conscience de son corps et de l’environnement. L’objectif final du mouvement est de construire sur terre une résidence pour les elohim afin qu’à leur prochaine venue officielle, ils soient vus par toutes les populations. Enfin, on ne peut manquer de préciser que le mouvement de Raël a une doctrine morale très basse. L’inceste y est autorisée et il leur est permis de poser l’acte sexuel en public.

L’étude de ces quelques sectes nous a permis d’avoir une lumière tant soit peu sur ces réalités. Maintenant, il reste à chercher l’importance de cette étude pour nous aujourd’hui.



[1] Revue Pirogue, “Les sectes’’, n° 40, novembre 1986, p. 4.

 

 

 

[2] Cf. AA.VV., Les sectes et l’Eglise catholique, Cerf, Paris, 1986, p. 117.

 

 

[3] Cité par la revue Pirogue, op. cit., p. 22

 

[4] Ibid., p.  23

 

Retour à l'accueil