La note de musique « la » est fixée par décret. Vrai

 

            Le « la » fondamental, c’est-à-dire le son émis par les diapasons, représente l’étalon international qui sert à accorder tous les instruments de musique. Mais sa définition n’a pas été une mince affaire…

            C’est au 11ème siècle que Gui d’Azzaro a imaginé de nommer les notes de musique d’après la première strophe de l’hymne à saint Jean-Baptiste, connu sous le nom de « Ut queant laxis ». Les notes ut, ré, mi, fa, sol, et la correspondent au début de chacun des vers :

« Ut queant laxis

   REsonare fibris

   Mira gestorum

   FAmulti tuorum

   SOLve polluti

   LAbi rea tum ».

            Quant à la note « si », elle n’est apparue qu’au 16ème siècle, et fut appelée ainsi par Anselme de Flandres qui reprit les initiales de saint Jean-Baptiste : Sancte Iohannes (SI).


Extrait de :

J. DUHAMEL et J. APOSTOLIDES, Le gros dico du vrai-faux, Abin Michel, 1997, p. 70.

 

Retour à l'accueil