GRAND         RIDEAU !

 

 

Un peu déçu de la vie, cramponné sur un soi-disant foi qui ne se laisse saisir que par une pâle lueur de conviction frelatée de mécontentement et de mépris de soi-même dans un monde où la marche à reculons est le mot d’ordre des esprits aisément falsifiables. Si dans un tel décor de revers, le chrétien reste un inquiétant têtu qui va à l’encontre des idéaux nauséabonds de la marche ‘‘mondialisante’’, il peut être sûr que son nom signifie ce qu’il doit incarner.

Mais il semble plus plaisant et moins ennuyant qu’un béni oui oui, pour revêtir misérablement le manteau d’homme de paix ou d’homme sage. Il ne suffit pas en Christ d’être accepté par tous et d’être cautionné quant à l’appréciation trompeuse des forces qui orientent nos pensées et les dénature ! Il est bien entendu plus personnel de marcher à contre-courant des malheureuses pensées où il ne faut plus ni mal parler à des soi-disant chrétiens, ni mal apprécier un modèle de pensée ou d’action contraire au bon sens chrétien, ou encore avec aberrance de dire : nous sommes pour tout le monde car le Christ est venu pour tout le monde ; oubliant misérablement en nos âmes et consciences qu’Il est mort tout simplement parce que son dire et son faire déplaisaient à plus d’un ! En fait, on aurait peur de mourir et donc on aurait peur de prendre son chemin et de l’imiter. Peut-être que nous sommes beaucoup plus des Pierre ‘‘reniateurs’’ que des Paul convaincus jusqu’au sang ! Car le martyre est devenu un idéal d’antan et sa nouvelle forme s’appelle VIOLENCE à sa FOI !

N’en déplaise à qui que ce soit, si droit est le chemin, nul ne le déviera !


Retour à l'accueil