Jeudi saint

Tôt le matin, nous avons besoin de leurs mains,

Nous les aurons besoin quand vient le soir,

Nous ressentons la chaleur à travers une vraie amitié,

Nous recherchons leurs mains quand  les malheurs arrivent dans notre vie.

 

Quand nous entrons en ce monde  nous sommes pécheurs,

La grandeur comme le moindre,

Et les mains qui sont pures comme des anges,

Sont les merveilleuses mains du Prêtre.

 

A l’autel chaque jour nous leur tenons,

Et les mains du roi sur le trône,

Ne sont pas égales que la grandeur de leurs mains,

Leur dignité seule compte.

 

Car là où le calme du matin,

Là aussi le soleil est apparu de l’Est,

Là Dieu reste entre les doigts purs

Des merveilleuses mains du Prêtre

 

Quand nous sommes tentés ou errés

Sur les sentiers de la honte et du péché,

C’est la main du Prêtre qui nous absout,

Non seulement une fois, mais encore et encore.

 

Et quand nous choisissons notre compagnon de vie,

Les autres mains nous préparent la fête,

Mais les mains qui nous béniront et nous uniront

Sont les merveilleuses mains du Prêtre.

 

 Que Dieu les bénisse et les rende saints,

A cause de l’Hostie laquelle caressent leurs doigts.

Quel pauvre pécheur fait mieux que de Lui demander, celui qui les a choisis, de le bénir ?

 

Quand la rosée de la mort tombe sur nos paupières,

Que notre courage et notre force soient plus forts

En voyant lever sur nous la bénédiction des merveilleuses mains du Prêtre !

 

Auteur inconnu

Jeudi saint

Retour à l'accueil