5èmeDIMANCHE DE CAREME

 

« Eglise famille de Dieu à Koudougou, par tesœuvres, montre ta foi ».

 

 

39.  Fils et filles de l’Eglise - Famille de Dieu à Koudougou, en ce temps fort de Carême et dans l’esprit de la Nouvelle Evangélisation, laissons-nous recréer et renouveler par Dieu et en Dieu, laissons-nous émerveiller par Dieu et en Dieu, laissons-nous conduire à l’école de l’Apôtre Paul qui à la suite de Jésus Christ considère tout le reste comme une perte à cause de Dieu. Mettons-nous à l’école de notre Maître JESUS CHRIST pour apprendre à nous humilier devant Dieu et devant nos frères.

 

 Laissons-nous renouveler par Dieu et en Dieu conformément à cette parole du Seigneur Voici que je fais un monde nouveau et je vais désaltérer mon peuple ».

 

 Frères et sœurs, le péché nous a vieillis, le péché nous a avilis mais Dieu nous poursuit de sa grâce pour nous rajeunir, pour refaire ce qui était défait en nous, pour coudre ce qui, en nous, était déjà décousu.

 

 Nous sommes un peuple élu par Dieu non à cause de nos mérites mais à cause de son amour pour chacun et pour tous. Nous sommes un peuple formé par Dieu et pour Dieu. Nous sommes des « mis à part » pour le Seigneur. Prenons conscience de cette réalité et vivons de manière à dire avec Saint Paul : « ce n’est plus moi qui vit c’est le Christ qui vit en moi ».

 

Laissons-nous émerveiller devant la création, chef d’œuvre du Créateur.

 

 Cet appel nous est particulièrement lancé à travers le psaume 125. Dieu fait des merveilles pour nous. Il nous délivre de nos captivités. Il change notre deuil en joie, nos larmes et nos pleurs en cris de joie.

 

 

40. Fils et filles de l’Eglise Famille de Dieu à Koudougou, faisons de ce temps fort de Carême un temps au cours duquel nous allons nous initier à nouveau à l’émerveillement. Ainsi pour paraphraser Mgr Rino Fisicheler préfet chargé de la Congrégation pour la Nouvelle évangélisation, nous dirons que le temps de Carême n’est pas un temps extraordinaire mais une manière extraordinaire de vivre l’ordinaire de notre vie quotidienne. Invitons Dieu dans nos différents milieux de vie pour qu’il nous éduque à la sanctification permanente dans notre vie quotidienne. Si Dieu est au rendez-vous de notre vie quotidienne, tout alors pourra être cause et motif de joie et de salut en Dieu. Par contre si nous évacuons Dieu de nos rendez-vous quotidiens, il ne restera de la place ni pour Dieu, ni pour nous ni pour le prochain. Il n’y aura que l’indifférence, la méfiance et quelque fois l’hostilité mutuelle. Quand apparaissent ces vices dans la vie fraternelle, Dieu n’est plus reconnu, Dieu n’est plus aimé, Dieu n’est plus servi. Dès lors, plus rien n’attire vers l’homme encore moins vers Dieu. Plus rien ne conduit vers Dieu et le prochain.

 

 

41. Fils et filles de l’Eglise Famille de Dieu à Koudougou, à l’exemple de l’Apôtre Paul, dans Ph3, 8-14, laissons-nous conduire par Dieu afin de considérer tout comme une perte à cause de JESUS. Saint Paul nous rappelle qu’il y a beaucoup de biens, mais de tout cela le meilleur est la connaissance de Jésus Christ. C’est le BIEN qui dépasse tout. En lui nous pouvons être justifiés comme le dit l’Apôtre, mais notre justification ne vient aucunement de nos mérites, de notre obéissance mais une justification qui vient de la Foi. C’est ainsi qu’Abraham a été rendu juste par sa foi ; c’est ainsi également que Rahab la femme prostituée a été rendue juste par sa Foi ; elle qui a accueilli des étrangers au nom du Seigneur. Soyons donc des hommes et des femmes de foi.

 

 

42. Dans notre pèlerinage des quarante jours, une des attitudes qui nous justifie dans la foi est l’humilité : Ne nous croyons jamais arrivés, parvenus au sommet de la sainteté. On ne peut remplir une calebasse déjà pleine. Ne nous croyons pas déjà sur la liste des bienheureux ou sur la liste du canon des saints et saintes de l’Eglise, nous sommes en cheminement. Nous peinons sur le chemin de la sainteté, nous sommes en recherche continuelle de sainteté. Quels que soient les actes de vertu dont Dieu nous a rendus capables dans notre vie de foi, quelles que soient la liste et la qualité de nos résolutions prises et vécues en ce temps de carême, ne nous croyons jamais parvenus jusqu’au bout. Voici la règle d’or qui pourra nous accompagner comme c’était le cas de saint Paul : « Oubliant ce qui est arrivé et lancé vers l’avant, je cours vers le but pour remporter le prix auquel Dieu nous appelle là-haut dans le Christ Jésus ». Prenons exemple sur Jésus Lui-même.

 

 Laissons-nous habiter par la pensée que nous sommespécheurs et que seule la grâce de Dieu peut nous donner de nous repentir (Cf. Jn8 :1-11). C’est l’enseignement de la Parole de Dieu qui ouvre le chemin de la conversion. «Comme tout le peuplevenait à Lui, Jésus s’assit et se mit à enseigner ».

43.La conversion naît de l’écoute de la Parole de Dieu. En ce temps de Carême et en cette année de la Foi, prenons le temps de nous nourrir de la Parole de Dieu dans toutes les circonstances de notre vie. Elle convertit nos cœurs et attire à la conversion tous ceux qui nous approchent. Faisons en sorte qu’elle «deviennetoujours plus le cœur de toute activité ecclésiale » (VerbumDomini, 1).

La conversion exige que nous ne jugions et ne condamnions personne. Nul ne mérite la grâce de Dieu. «Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter la pierre….moi non plus je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus». Les scribes et les pharisiens accusentet condamne la femme. Jésus l’excuse et la libère.

Bien chers frères et sœurs, le Carême ne saurait être un temps de bonnes résolutions non tenues. « Montre-moi ta Foi sans les œuvres ; moi c’est par mes œuvres que je montrerai ma Foi ». Dans le quotidien de notre vie, le visage du Christ se présente à nous sous plusieurs formes, sollicitant notre attention : il attend un sourire, un bonjour, un merci, une poignée de main, un au-revoir, un habit, un médicament, de la nourriture…Saurons-nous être cet autre visage de Jésus qui reconnait JESUS dans le prochain ? Que ce cinquième Dimanche de Carême, nous décide davantage à une Nouvelle évangélisation dans laquelle nous sommes à la foisévangélisateurs et évangélisés. Puissions-nous retenir fermement ce que le pape Paul VI, de vénérable mémoire, avait dit dans Evangelii Nuntiandi : « Notre monde écoute plus souvent lestémoins que les maîtres, mais s’il écoute les maitres c’est qu’ils sont des témoins ».Que Marie, au cœur de la passion de son Fils, nous aide à imiter son Fils. Que sa prière maternelle nous attire résolument à l’amour de Dieu et du prochain.

« Eglise famille de Dieu à Koudougou, par tes œuvres, montre ta foi »

Retour à l'accueil