12. Ami et guide des jeunes. Les jeunes sont une part vivante et active de l'Eglise; ils sont au centre de ses préoccupations et de son amour; ils sont son espérance (108). Convaincue que la jeunesse est elle-même une richesse (109) et que les jeunes influent de manière décisive sur la construction de la société (110), l'Eglise les confie de manière préférentielle à l'attention pastorale des prêtres (111), afin que soient formés des hommes et des femmes d'une forte personnalité humaine et chrétienne (112). Dans les jeunes communautés ecclésiales, situées pour la plupart dans un contexte humain comportant une forte proportion de jeunes, cette pastorale doit être considérée comme prioritaire et n'être négligée à aucun prix pour le présent et pour l'avenir de l'Eglise (113). Les prêtres prépareront les jeunes à travailler à l'oeuvre de l'évangélisation. On peut parler avec raison d'apostolat de l'espérance quand les jeunes sont évangélisés et deviennent eux-mêmes des protagonistes de l'évangélisation de leurs contemporains non chrétiens (114).

Les attitudes de prêtres en relation avec les jeunes doivent être bien adaptées à cette pastorale; elles seront caractérisées par un amour sincère et une grande disponibilité: il faut tout d'abord accepter, même si cela nous dérange, de sympathiser avec leurs aspirations et de partager leur idéal, leurs points de vue valables, leurs problèmes et leurs activités. Mais les prêtres doivent aussi être capables de stimuler et de guider les jeunes pour qu'ils soient capables d'un jugement critique; ils pourront ainsi affronter des situations difficiles, comme, par exemple, la rencontre d'une culture sécularisée et souvent athée en relation avec une idéologie aliénante, les tensions provoquées par les injustices sociales, la diffusion de la drogue et la permissivité sexuelle, le chômage et autres situations semblables. Les prêtres resteront proches des jeunes pour les éclairer et les guider au milieu de ces écueils; ils les aideront à se former dans un climat de confiance, à surmonter les contradictions qu'ils portent en eux-mêmes, à former des projets de vie positifs et à s'y engager de manière cohérente. Ils devront donc se mettre à la portée des jeunes, leur consacrer beaucoup de temps, leur montrer beaucoup d'intérêt, leur offrir une relation d'amitié. Ils leur proposeront la pratique de la direction spirituelle, qui exerce une influence profonde durant les années de jeunesse. Les prêtres garderont présente à la pensée la conviction que l'Eglise a beaucoup de choses à dire aux jeunes, et que les jeunes ont aussi beaucoup à dire à l'Eglise (115)

Il est nécessaire de réunir les jeunes en groupes masculins, féminins ou mixtes, en valorisant les structures scolaires, les associations et les mouvements, ou en provoquant la formation de groupes spontanés. Les prêtres n'oublieront pas que les jeunes ont besoin, pour grandir ensemble, de partager entre eux, de se soutenir mutuellement et de réaliser quelque chose de valable. Aussi les prêtres devront-ils acquérir une bonne connaissance de la dynamique des groupes; ils prendront soin, en particulier, de la formation des dirigeants des groupes des jeunes.

Au niveau diocésain, on se préoccupera de constituer une organisation capable de promouvoir la pastorale des jeunes, avec des prêtres soigneusement préparés, chargés de ce ministère, qui seront disponibles pour intervenir dans les paroisses ou les groupes avec un apport de qualité.

Les prêtres seront attentifs à un phénomène actuel particulier, qui influe sur la transmission du message: un grand nombre de jeunes, d'une part, demandent à être considérés comme s'ils étaient dèjà parvenus à l'âge adulte, et, d'un autre côté, ils se réfèrent à des critères étrangers à toute maturité, qu'ils affirment ceux de la jeunesse, pour juger la vie. Ainsi se présente un problème de déséquilibre qui, là où il existe, doit être pris en considération, pour en éviter les conséquences et aider à le surmonter.

La pastorale de la jeunesse ne se limite pas aux jeunes: elle concerne toute la communauté chrétienne. Il s'agit de former la communauté chrétienne et de l'aider pour qu'elle comprenne les attentes des jeunes et qu'elle en tienne compte, pour qu'elle donne aussi elle-même un témoignage d'honnêteté au plan humain et de cohérence dans la foi, pour qu'elle intègre les jeunes dans sa vie, en un mot, pour qu'elle se considère comme n'étant pleinement une communauté humaine et chrétienne qu'avec la présence vivante et l'apport dynamique de la jeunesse. Les adultes et les jeunes, étroitement unis et capables d'un échange réciproque de valeurs diverses, forment la communauté chrétienne réelle et complète.

Retour à l'accueil