13. Promoteur des vocations. Les prêtres ont un rôle unique et inaliénable au plan de la pastorale des vocations. Convaincus que l'Esprit Saint continue de distribuer avec grande libéralité le charisme des vocations particulières, et que le Christ continue à appeler les jeunes parce qu'il les aime (cf. Mc 10,2) (116), les prêtres prendront volontiers à cœur  l'accompagnement des jeunes pendant la période délicate et décisive d'une recherche vocationnelle.

La pastorale des vocations commence dans la communauté chrétienne avec l'invitation à la prière et le témoignage de vie chrétienne. La communauté, dans la diversité des services, des fonctions et des charismes joue un rôle important, en esprit de coresponsabilité, pour la naissance des vocations. Cette pastorale engage les familles et les écoles, dans la mesure où les parents et les enseignants sont des éducateurs dans la sphère du choix de vie (117). Mais les principaux interlocuteurs dans le dialogue vocationnel sont les enfants et les jeunes eux-mêmes: les prêtres doivent d'une manière particulière leur adresser un appel et les aider à trouver la lumière dans tout l'éventail des vocations.

Ainsi, quand un jeune manifeste une réelle maturité dans sa vie chrétienne et se montre sensible à la possibilité d'une vocation au sacerdoce, à la vie consacrée ou à l'engagement missionnaire, le prêtre s'adressera à lui avec délicatesse et l'accompagnera individuellement au plan d'une direction spirituelle attentive. A l'exemple de Jésus, il ne craindra pas de l'interpeller, en lui faisant la proposition explicite d'un choix de vie totalement consacrée à Dieu pour un service apostolique (cf. Mt 4, 19-20; 19,21; Jn 1,39, 42-43). Il gardera cependant présent à l'esprit que la meilleure proposition émane de sa propre vie cohérente et heureuse. De plus, il évitera de mettre en avant, parmi les motivations vocationnelles, l'aide apportée aux pauvres, sans souligner ce point essentiel et décisif pour toute vocation sacrée: la personne même de Jésus-Christ à aimer et à suivre pour coopérer au salut des hommes. Les prêtres n'oublieront pas que les vocations à une vie consacrée naissent et se développent seulement dans un climat de vie chrétienne intense.

Un point important dans la pastorale des vocations consiste à aider le jeune à évaluer ses propres motivations vocationnelles. Il faut veiller à la qualité des candidats et éviter que les maisons de formation se remplissent de jeunes dont la vocation est insuffisamment éprouvée. Chaque Evêque a la responsabilité de déterminer des critères en vue du discernement des vocations, en tenant compte de la maturité humaine et spirituelle, de la capacité intellectuelle et des dispositions concernant l'esprit de service et l'engagement social. Parmi les critères de discernement de la vocation au presbytérat, il faut inclure, comme disposition essentielle, le sens missionnaire et la disponibilité pour l'annonce de l'Evangile aux non chrétiens. Il sera utile d'autre part, de s'insérer dans un programme vocationnel diocésain et national, en recourant aux organismes et aux formes d'aide adaptées, et en participant à des initiatives communes.

Font partie de la pastorale des vocations l'accueil et le soutien des séminaristes durant les vacances en famille ou pendant des périodes qui s'inscrivent dans un programme d'expérience pastorale. Les prêtres, tout particulièrement les Curés, sauront être proches d'eux et les accompagner dans leur vie de prière et dans leurs expériences apostoliques, en accord avec les orientations éducatives du séminaire. Les prêtres manifesteront spécialement cette disponibilité et apporteront cette aide à l'égard des diacres durant l'année de pasto-rale, qui constitue un temps fort de formation et d'initiation au ministère.

Retour à l'accueil