18. Attentifs au dialogue avec les non chrétiens. Le dialogue avec les adeptes des autres religions est une tâche délicate et importante de l'apostolat actuel de l'Eglise. Il s'agit du dialogue du salut, qui se réalise toujours en Jésus-Christ et qui, de ce fait, ne peut conduire au relativisme, ni, moins encore, entamer l'intégrité de la foi catholique. Ce dialogue est nécessaire pour que l'Evangile soit plus exactement connu et que son message soit mieux compris.

Les prêtres seront attentifs et ouverts à cette réalité profondément humaine et ils acquerront une connaissance sérieuse des religions, non seulement quant à leur histoire, leur organisation, leurs limites et leurs erreurs, mais aussi quant aux valeurs qui, comme "semences du Verbe", peuvent constituer une "préparation à l'Evangile" (156).

Dans un monde marqué par le pluralisme religieux, il importe d'engager et de poursuivre le dialogue et la collaboration avec toutes les religions pour les grandes causes en faveur de l'humanité, telles que la paix, la justice, le développement, les droits de l'homme, etc (157). De ce point de vue, les prêtres ont le devoir pastoral de développer chez les fidèles l'esprit de dialogue, encourageant la solidarité et la collaboration avec les adeptes des autres religions.

Quant aux initiatives concrètes en faveur du dialogue interreligieux, les prêtres agiront, non pas isolément, mais dans le cadre d'un programme diocésain, conformément aux directives de l'Evêque, de la Conférence Episcopale et de l'Eglise universelle.

Ils seront par-dessus tout convaincus que les adeptes des autres religions ont le droit de recevoir la plénitude de la vérité chrétienne - qui fait d'ailleurs partie du patrimoine de l'humanité - de la part de ceux qui ont reçu de l'Eglise catholique mandat de l'annoncer.

Retour à l'accueil