I - AUX SOURCES DU SACERDOCE MINISTERIEL

2. Fondement trinitaire. Le Christ Jésus, "en qui habite corporellement la plénitude de la divinité" (col. 2,9), a été envoyé par le Père pour réaliser son dessein de salut universel (cf. Jn 3,17; 5,30; 8,16; Gal 4,4; etc.), recevant de lui tout pouvoir pour accomplir sa mission (Jn 5,20-21; Mt 28,18); il a été consacré par la force de l'Esprit Saint (cf. Lc 4,18 ss; Ac 10,38); après avoir accompli la volonté du Père, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité (cf. 1 Tm 2,4), jusqu'à donner sa vie en rançon pour la multitude (cf. Mc 10.45), il a détruit la mort par sa résurrection et son retour auprès du Père, pénétrant dans les cieux, où il règne éternellement et intercède pour ses frères (cf. Jn 16,27-28; 13, 1-3; He 4, 14-16). Le prêtre, qui est chargé de continuer la mission du Christ, trouve la source première de sa mission dans l'amour salvifique du Père (cf. Jn 17,6-9, 24; 1 Co 1,1; 2 Co 1,1), et l'origine immédiate de sa vocation, dans le Christ qui l'appelle par son nom comme il a appelé les apôtres et mis en eux son Esprit (cf. Jn 20,21), pour qu'ils aillent vers le Père avec leurs frères. C'est ainsi dans la Trinité elle-même, source de la mission de l'Eglise (2), que s'enracinent et trouvent leur pleine justification la vocation et la mission du prêtre.

Le Christ lui même a établi ses apôtres comme ministres, de telle manière qu'au sein de la communauté des croyants, ils soient investis du pouvoir sacré de l'Ordre. Par le moyen des apôtres, le Seigneur a fait participants de sa propre consécration et mission les Evêques, leurs successeurs, dont la fonction ministérielle a été transmise, à un degré subordonné, aux prêtres, afin qu'ils collaborent fidèlement à l'accomplissement de la mission apostolique (3). Cette mission participe à la mission universelle de l'Eglise auprès des non-chrétiens et elle engage les prêtres de manière effective (4).

A travers leur Evêque, les prêtres sont appelés par le Christ selon une vocation spéciale (Mc 3.13; Lc 6,13); ils sont dans le monde mais ils ne lui appartiennent pas (cf. Jn 17, 14-15); en vertu de leur consécration, ils sont habilités à remplir la mission même du Christ d'annoncer à tous que les temps sont accomplis et que le règne de Dieu est présent au milieu des hommes (cf. Mc 1,15), et à présider, enseigner et sanctifier le Peuple de Dieu (5).

Le principe constitutif du sacerdoce ministériel est le Christ Prêtre et Victime de la nouvelle et éternelle Alliance (cf. He 9,11-15): Son principe efficace est l'élection et la mission spéciale reçue de la part de Dieu, qui fait du prêtre l'instrument du Christ (cf. Mc 3,10-19; Lc 22,19; Mt 28, 18-20). Le principe exemplaire en est la diaconia du Christ, dont les divers aspects mettent en lumière l'identité du prêtre: le Christ-Envoyé par le Père pour sauver le monde (cf. Jn 3,17), ce qui souligne l'universalité de la mission; le Christ-Serviteur, titre que manifeste le dépouillement du Christ, venu non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie (cf. Mt 20,28; Ph 2,7-8); le Christ-Pasteur et Maître, que révèle l'amour de celui qui connaît les siens, guide son troupeau et le rassemble dans l'unique bercail (cf. Jn 10,1ss), et qui est lui-même la Parole vivante du Père convoquant les foules à entrer dans le Royaume (cf. Jn 12, 48-50).

L'accent mis sur la fonction ministérielle souligne la relation essentielle du prêtre à la Personne du Christ. Le prêtre est en effet signe et instrument de l'unique prêtre et Médiateur auprès du Père, Jésus-Christ, et sa continuation sur terre; il actualise son pouvoir d'annoncer la Parole, de renouveler le sacrifice de la croix dans l'Eucharistie, de pardonner les péchés et de guider le Peuple de Dieu. Il est impossible de séparer l'être du prêtre de l'être du Christ, la vie du prêtre de la vie du Christ.

Tous les prêtres seront donc convaincus que leur identité sacer-dotale se réalise seulement dans une conformité totale à l'identité du Christ, avec esprit de foi, cohérence de la vie, et ferveur de l'esprit. Ils se souviendront que le Christ, dans l'accomplissement de sa mission de salut, a pris la route de l'incarnation, se dépouillant de lui-même et prenant tout ce qui est propre à l'homme, sauf le péché (cf. He 2,17-18; 4,15). Cette incarnation sera le modèle de l'action missionnaire.

L' Esprit Saint donne à l'Eglise son unité intime et ministérielle, Il la munit des divers dons hiérarchiques et charismatiques (cf. Eph 4,11-13; 1 Cor 12,4) (6); Il vivifie, étant comme leur âme, les institutions de l'Eglise (7); Il répand dans le cœur  des chrétiens, en vue de l'accomplissement de leur propre mission, cet esprit qui animait le Christ lui-même (8).

Les prêtres, "en vertu de l'onction de l'Esprit saint, sont marqués d'un caractère spécial qui les configure au Christ prêtre, pour les rendre capables d'agir au nom du Christ Tête en personne" (9). L'Esprit sanctificateur est toujours à l'origine de l'élection, de la sanctification et de la mission (cf. Ac 13,3,; 19,6). C'est l'Esprit qui donne la capacité objective d'exercer efficacement le ministère. L'Esprit est "envoyé" (cf. Jn 14,26; 15,26), et il demeure uni au prêtre envoyé pour coopérer à l'oeuvre du salut (10).

Grâce à l'Esprit Saint, principe de communion (11) les prêtres sont établis guides et animateurs spirituels de la communauté, spécialement avec la force de la Parole. Grâce à ce même Esprit, ils sont constitués ministres des sacrements, qui tiennent tous de lui leur puissance vivifiante, depuis le baptême "dans l'Esprit et l'eau" (Jn 3,5; Ac 10,47) jusqu'à l'Eucharistie, où le Christ "exerce, d'une manière ininterrompue, sa fonction sacerdotale en notre faveur (...) par l'action de l'Esprit" (12).

La consécration inaugure chez les prêtres une continuelle Pentecôte. Par la force de cette grâce extraordinaire, ils savent reconnaître l'action de l'Esprit dans l'Eglise et y coopérer, conscients d'avoir reçu une mission surnaturelle et universelle en faveur de tous les hommes.

Retour à l'accueil