33. L'unité, l'harmonie et le zèle dans la vie du prêtre. Les exigences liées à la vie sacerdotale sont multiples et pressantes. Elles dérivent des devoirs relatifs à la prière, des obligations du service apostolique, de celles qui concernent l'étude, le repos, les contacts avec le prochain. Il faut louer les prêtres qui savent s'imposer un programme de vie, même pour le déroulement de la journée, auquel ils s'efforcent d'être fidèles. Un tel programme ne doit pas limiter la liberté et la spontanéité, ni enfermer dans des cadres rigides qui entraveraient le service pastoral; il doit plutôt aider à travailler avec méthode, à éviter l'improvisation et le risque de manquer à des devoirs importants. A cette fin, ce programme concerne l'essentiel, avec ordre et mesure, prévoyant une juste proportion entre les diverses obligations.

Toutefois, pour obtenir l'unité et l'harmonie de la vie du prêtre, il ne suffit pas d'un ordre purement extérieur dans le travail pastoral, ni de la seule pratique de la prière, ni de la persévérance dans l'accomplissement des diverses obligations. Il est nécessaire d'aller plus en profondeur et de rejoindre le noyau central de l'identité du prêtre, qui est la personne même du Christ, dont il est le ministre. Pour réaliser cette unité de vie et cette harmonie, les prêtres "doivent demeurer unis au Christ dans la découverte de la volonté du Père et dans le don de soi pour le troupeau qui leur est confié" (cf. Jn 3,16) (205).

C'est, par dessus tout, de l'Eucharistie que découle la charité pastorale qui est capable de réaliser l'unité et l'harmonie dans la vie et l'activité des ministres sacrés et de produire du dedans un zèle apostolique que rien ne peut arrêter. C'est seulement s'il est "l'homme du sacré" que le prêtre sera aussi "l'homme pour les autres".

Le zèle apostolique est donc la conséquence nécessaire du caractère sacerdotal et de la réponse généreuse à la grâce qu'il comporte. Comme Paul, le prêtre doit pouvoir dire: "Ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi" (Gal 2,20), "Je me suis fait tout à tous" ( 1 Cor 9,22), "c'est moi qui vous ai engendrés dans le Christ Jésus" ( 1 Cor 4,15), "malheur à moi si je n'annonce pas l' Evangile" ( 1 Cor 9,16). Le zèle apostolique, qui est ardeur intérieure et conviction profonde, et qui s'exprime dans l'engagement missionnaire, dans un service pastoral inlassable, dans l'ouverture du cœur à ceux qui sont loin, dans l'attention à tous, spécialement aux plus pauvres, est chez le prêtre une nécessité intérieure qui dérive de son être même de consacré. Il est ainsi nécessaire que chez tous les prêtres se réalise cette merveilleuse unité et harmonie entre la consécration et la mission.

Les prêtres trouveront un modèle simple et entraînant dans la Vierge Marie, qui a su synthétiser et exprimer sa participation sans réserve à la mission de Jésus, dans son amour maternel: "La Vierge a été par toute sa vie le modèle de cet amour maternel dont doivent être animés tous ceux qui, associés à la mission apostolique de l'Eglise, travaillent à la régénération des hommes" (206). Marie, qui a accueilli avec foi et amour (cf Lc 1,38), contemplé en son cœur  ( cf. Lc 2, 19.51) et donné aux hommes son fils Jésus, restera une source inépuisable d'inspiration et une aide efficace pour les prêtres, pour qu'ils réalisent dans le monde le désir ardent de celui qui les a appelés et envoyés: "Je suis venu apporter le feu sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé!" (Lc. 12,48).

Le Souverain Pontife Jean Paul II, au cours de l'Audience accordée au soussigné Cardinal Préfet le 1er Septembre 1989, a approuvé le présent Guide de vie pastorale et en a décidé la pubblication.

Rome, du Siège de la Congrégation pour l'Evangélisation des Peuples, le 1er Octobre 1989, en la Fête de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, Patronne des Missions.

Jozef Card. Tomko, Préfet

José Sanchez, Archevêque émérite de Nueva Segovia, Secrétaire

Retour à l'accueil