9. Libération, promotion humaine et choix préférentiel des pauvres. La promotion humaine est liée à l'évangélisation: il s'agit, en effet, de l'unique mission de l'Eglise, qui se sent engagée, de par la volonté du Christ (cf. Mt 25, 41-45; Lc 16, 19-31), à servir l'authentique développement intégral de l'homme envisagé individuellement et dans sa dimension sociale; par conséquent, elle est tenue de dénoncer, quand il y a lieu, les maux et les injustices sociales qui l'oppriment (91). On doit également se souvenir que la mission spécifique de l'Eglise "n'est pas d'ordre politique, économique ou social, mais d'ordre religieux" (92): elle offre en effet "sa pre-mière contribution à la solution des problèmes urgents du développement, quand elle proclame la vérité sur le Christ, sur elle-même et sur l'homme" (93).

C'est dans cette même ligne que l'on peut placer la question de la libération, ressentie comme plus ou moins urgente, avec ses implications pratiques, dans les divers secteurs de l'Eglise. Dans le dessein éternel d'amour du Père, tout homme est appelé à être en communion avec Dieu, avec le genre humain, et même avec le monde tout entier, lequel est intimement lié avec l'homme et par le moyen duquel il arrive a sa fin. Cette communion a été brisée par le péché; elle a été restaurée par le Christ, selon la promesse du salut que Dieu a annoncé d'avance dès les origines de l'humanité (cf. Gn 3,15;

Rm 5, 20-21). Par sa mort et sa résurrection, le Christ a libéré l'homme du péché et de ses conséquences, l'oppression, l'égoïsme et l'injustice, au plan individuel et au plan social; il a restauré la communion, et il offre à tous le salut. A l'exemple du Christ, l'Eglise proclame cette même libération et elle s'efforce d'aider l'homme à la conquérir dans tous les domaines de son existence. Il est nécessaire que, dans les territoires de mission, les prêtres aient une conscience claire et précise de cette question et qu'ils connaissent exactement les éléments essentiels d'une théologie de la libération conforme à l'enseignement du magistère de l'Eglise (94): ils pourront ainsi apporter une contribution valable au niveau de la pensée et de l'action, sans tomber dans une idéologie partisane.

Porter les valeurs de l'Evangile et du Royaume dans le champ économique, social et politique est le devoir spécifique des laïcs (95). Le devoir des prêtres est de les préparer à ces engagements et de les assister, mais aussi de les encourager et de les stimuler à assumer les responsabilités qui leur sont propres dans le domaine des réalités temporelles (96). Les prêtres manifesteront courage et équilibre dans ce secteur de leur apostolat.

Pour exercer une pastorale efficace de la libération, de la promo-tion humaine et de la justice, les prêtres s'efforceront d'acquérir une connaissance complète de la doctrine sociale, des directives et des choix pastoraux de l'Eglise. Ils sauront être proches de leur peuple quand il est oprrimé par ceux qui détiennent la richesse et le pouvoir; ils garderont à son égard une attitude de solidarité et d'accueil, et favoriseront une conscientisation, de telle sorte que les situations d'injustice sociale ne soient pas subies passivement. Les pasteurs ne resteront pas inactifs devant les difficultés inévitablement liées à cette pastorale.

Il faut aussi se souvenir du problème grave des réfugiés à cause de la guerre ou des calamités naturelles. Les épreuves résultant de l'exil, de la désagrégation des familles, de l'isolement, ou même l'extrême misère entraînent fréquemment l'écroulement des idéaux, la perte de toute confiance et le désespoir. La foi religieuse est un précieux soutien pour reconstruire une vie. Le prêtre est souvent le premier à subir l'impact de ces situations, avec les difficultés qui leur sont liées, telles que la concentration d'une population, la promiscuité dans les camps de regroupement, tandis que les jeunes vont à la dérive. Dans ces cas, les prêtres doivent faire preuve d'une particulière sensibilité; ils doivent être préparés en vue d'un service pastoral adapté.

Quand ils devront prendre des initiatives en vue du développement, en particulier lorsqu'il s'agit de dénoncer publiquement des injustices, les prêtres agiront ensemble et non individuellement et isolément; ils suivront le programme élaboré au plan du diocèse et approuvé par l'Evêque. Ils ne perdront pas de vue que certaines interventions disproportionnées faites à titre personnel, en particulier dans le domaine socio-politique, risquent d'écarter le prêtre du plan qui lui est propre, celui de la charité pastorale, de compromettre la crédibilité de sa mission, de désorienter les fidèles, et de porter préjudice à son apostolat.

Les demandes d'aide matérielle adressées aux autres Eglises ou aux pouvoirs publics seront toujours faites avec l'approbation de l'Ordinaire et selon un programme établi au plan du diocèse, afin de garantir une saine péréquation entre les communautés paroissiales.

Parmi les exigences évangéliques prend place avant tout la charité à l'égard de tous, exigeant une attention particulière aux pauvres. L'Eglise réaffirme son choix - et son amour - préférentiel des pauvres; elle demande aux prêtres d'agir en accord avec ce choix. Il ne s'agit pas d'un choix exclusif, mais d'une expression particulière du primat de la charité. Il faut comprende aujourd'hui parmi les pauvres non seulement ceux qui n'ont rien, mais aussi certaines catégories, en réalité nombreuses, de marginalisés ou de personnes en grave difficulté, comme les handicapés, les gens sans emploi, les émigrants, les réfugiés, les drogués, etc. (97). Que les prêtres se montrent proches de ces frères, prenant sincèrement part à leurs difficultés et à leurs épreuves, voyant en eux le visage souffrant du Christ (cf. Mt 25,40).

En réalisant une oeuvre de développement social, les prêtres resteront convaincus que l'évangélisation s'accomplit par le rayonnement des valeurs de l'Evangile, et non pas par la puissance des moyens économiques. En sauvegardant la mission de l'Eglise ils éviteront d'éveiller des intérêts trop terrestres chez les fidèles et chez ceux qui s'orientent vers le christianisme.

Retour à l'accueil