10. Artisan de la collaboration. Le service pastoral est une action de l'Eglise, communautaire, organisée hiérarchiquement à des niveaux divers de compétence (98).

Les prêtres ont le devoir de remplir leur service pastoral dans un esprit d'Eglise, profondément insérés dans la communauté, en union avec l'Evêque et dans l'obéissance à son égard, et en étroite collaboration avec les autres agents de la pastorale; ils éviteront ainsi d'agir d'une manière autonome et individualiste; ils sauront guider et accompagner la communauté dans la réalisation d'un plan d'action, avec patience et souplesse.

Cet engagement des prêtres au plan diocésain se manifeste aussi à travers leur insertion dans les divers conseils et organismes. Ils vivront cette participation en s'impliquant généreusement en vue de la croissance de toute la famille diocésaine.

Dans le cadre de la paroisse, il revient au curé d'organiser la coopération entre tous les agents de la pastorale: les prêtres, les diacres, les religieux et les laïcs (99). Il faut encourager l'effort poursuivi en vue de promouvoir l'unité entre tous ceux qui sont engagés à temps plein, grâce à des rencontres fréquentes et régulières d'information, de programmation, de vérification et de recherche des meilleurs moyens d'action.

Il faut encore, dans un climat de confiance, promouvoir dans la paroisse les organismes de participation qui sont prévus par le droit canonique tels que le Conseil pastoral (100) et celui des affaires économiques (101), ainsi que d'autres initiatives d'ordre communautaire, comme les petites communautés ecclésiales, les associations et les mouvements. Il se trouve que dans certaines cultures, la petite communauté est à la base de la structure sociale et peut constituer un cadre idéal pour la vie chrétienne elle-même. Ces communautés de base seront vraiment ecclésiales si elles réalisent une communion et une coopération avec l'Eglise et ses pasteurs, au plan de la doctrine, de l'organisation et des initiatives apostoliques (102). La sagesse du prêtre le portera à favoriser la coopération pratique des divers groupes, en esprit d'unité, mais aussi dans le respect des caractéristiques propres à chacun et de sa juste autono-mie.

Au niveau diocésain tout comme paroissial, mérite une considération spéciale la collaboration entre le clergé local et les missionnaires venus d'autres nations, dont un grand nombre sont religieux. Ceux-ci exercent leur action en vertu d'un mandat universel de l'Eglise, confié par l'Autorité Suprême, et d'une convention particulière avec l'Ordinaire du lieu. Leur présence est un don précieux pour l'Eglise missionnaire, et réalise un échange de charité entre les Eglises particulières. Ces missionnaires sauront s'intégrer dans la société et s'insérer dans l'Eglise où ils sont situés: ils font partie de celle-ci de plein droit et, s'ils sont prêtres, ils sont membres du presbyterium. Ils dépendent entièrement du pasteur de cette Eglise en ce qui regarde l'activité pastorale, tout en vivant et en travaillant conformémement au charisme spécifique exprimé dans leurs constitutions (103). Les prêtres qui appartiennent à l'Eglise locale, surmontant tout esprit de faux nationalisme, vivront en communion avec eux et ils sauront valoriser leur coopération apostolique, qui,dans certains cas est non seulement utile et répond à des besoins manifestes, mais est proprement indispensable. Les missionnaires, de leur côté, favoriseront le développement des ressources apostoliques locales. Entre ces Instituts et le Clergé local se développera une coordination bien réglée de l'action pastorale, sous la direction de l'Evêque; tous y garderont le sens de l'unité nécessaire entre les divers groupes dans le respect de leurs caractéristiques et de leurs finalités propres (104).

Pour promouvoir la pastorale d'ensemble, qui est d'une importance capitale dans l'activité missionnaire, les prêtres doivent travailler sur la base d'une sage planification, au moins au niveau du diocèse et de la paroisse. Cela suppose la mise en oeuvre d'une méthode éprouvée: connaître la réalité pastorale et déterminer des objectifs généraux et spécifiques, des critères d'évaluations, une stratégie, et des modes pratiques d'action. Pour que la planification ne reste pas théorique, ils préciseront le but à atteindre, les initiatives à prendre, les responsabilités à déterminer, les moyens à employer, les lieux et moments pour agir, etc. Ces programmes seront soumis à une révision régulière.

Retour à l'accueil